lundi 28 mai 2018

Samedi 26 mai


Grotte Nouvelle de Vallon

( Thierry, Anne-Marie, Pat )


     Pour nous changer des infâmes boyaux, étroitures et désobstructions en tout genre de nos dernières sorties, et vue la météo peu propice aux réseaux aquatiques, nous partons sur Vallon descendre une jolie classique que je ne connais pas.


      L'entrée au raz du sol se poursuit par un escalier bâti, témoin d'une fréquentation ancestrale. En bas nous découvrons un sac à dos : nous ne sommes pas seuls !

L'escalier des anciens...
      En effet nous rencontrons rapidement une équipe de cinq spéléos d'outre Rhin en train d'équiper le premier puits dans la goulotte...

L'éboulis d'entrée qui se déverse dans la goulotte du premier puits. 

    Sur les conseils de Thierry nous choisissons de partir en vire sur la droite afin de trouver un plein vide plus direct. 



     L'arrivée dans la Salle de la Cathédrale est splendide car nos collègues Allemands sont déjà en bas et se sont disséminés dans tous les secteurs.


Le P26 d'entrée.
La base du puits, point d'arrivée dans la grande salle.
     Thierry nous guide pour nous montrer quelques beautés minérales qui ornent les lieux.



    Curieusement, dans un recoin de la salle, un amas de cailloux glaiseux a été amassé pour combler une cuvette au pied de la paroi... Sont-ce les vestiges de travaux pour un ancien projet d'aménagement comme l'escalier de départ et la barre de fer plantée à mi-puits ? Pourquoi cet endroit a-t-il été bouché ? Un départ vertical jugé dangereux pour les futurs visiteurs ? Bizarre ...

L'énorme stalagmite couchée
     Nous poursuivons notre visite en équipant le puits diaclase de 22 mètres dont le départ se situe au sommet d'un des nombreux éboulis cryoclastiques qui parsèment la cavité jusqu'à la Salle inférieure.


Le sommet du P22.





    Arrivés en bas, nous dévalons un nouvel éboulis de même nature pour nous retrouver devant le dernier R8 que l'on peut shunter par une petite désescalade sur la gauche.  Nous sommes à - 70 dans la Salle Inférieure base de multiples escalades artificielles d'une cinquantaine de mètres permettant d'atteindre le " Réseau Supérieur " qui remonte au même niveau que la Salle d'entrée. Le coin est idéal pour la pause casse-croûte. Une fois l'estomac rempli, nous allons jeter un coup d'oeil vers le départ en baïonnette du réseau de -87. Mais comme nous l'appréhendions, passé le ressaut d'accès, la suite est bien gazée et les effets sont immédiats. Demi-tour en regrettant de ne pas avoir emporté le détecteur de gaz afin d'effectuer une mesure précise.


Topographie extraite de : EXPLOS TRITONS Numéro Spécial. Club Spéléo Tritons. Lyon 1996
    De retour dans la salle d'entrée, nous nous adonnons aux joies de la photo. Au sommet du puits, dans un soudain élan créatif, nous tentons divers essais esthétiques pas toujours bien maitrisés qui s'avèreront, il faut l'avouer, totalement ratés. 

                                                                                            Pat

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire